Faisons un petit résumé sur quelques points clefs de l’histoire de la méditation à travers les âges.

Les Védas et les Yogis et la méditation (1500 ans Avant JC)

Les premières traces de la méditation remontent à la tradition Hindou et plus particulièrement au Védas (connaissances sacrée de l’Inde ancienne, 1500 ans Avant JC). La méditation est alors appelée Dhyana et se pratique sous de nombreuses formes. La méditation sur la respiration, le chant, la répétition de Mantras, répétition de sons, par le mouvement, etc.
Plus tard, elle fera partie des 8 étapes pouvant mener l’être humain à la Libération selon Le livre sacré Les Yoga Sutras de Swami Maharshi Patanjali (Il y a environ 2500 ans). La culture Hindou est sans aucun doute une des cultures ou la méditation a été le plus utilisé et ce, sous de nombreuses formes. La plupart des textes sacrés Hindou parlent de la méditation comme une part entière du yoga. Le but ultime du Yoga, qu’on peut définir par l’Union ou l’Unité avec le tout, peut être atteint essentiellement à la suite d’une intense et longue pratique de méditation. De plus, des grandes divinités de l’hindouisme telles que Krishna ou Shiva sont souvent définies par leurs disciples comme de parfait yogis et médiateurs.
Ainsi encore de nos jours en Inde, de nombreux « chercheurs de vérité » prennent la route des montagnes Himalayennes pour y pratiquer d’intenses et de longues périodes de méditation.

Le Bouddhisme et la méditation (Entre le 6 et 4ieme Siècle Avant JC)

En plus de l’Hindouisme, les védas sont à l’origine de plusieurs autres grands courants tel que Jainisme et Bouddhisme. Ces derniers accordent une place majeure eux aussi à la méditation. Le Bouddhisme est relié de manière automatique à Bouddha mais aussi à la méditation car c’est en méditant que le Bouddha a connu L’Eveil. La méditation a alors permis à bouddha de sortir de l’illusion créée par notre mental et le monde de la forme. L’image d’un bouddha assis en position du lotus au pied d’un arbre vient encore souvent à l’esprit des gens en pensant à la méditation.
Encore à l’heure actuelle et dans de très nombreux pays, les monastères et centres bouddhistes accueillent des novices venus de tous horizons pour être initiés à l’art de la méditation bouddhiste. Que ce soit la concentration sur la respiration (Samatha), sur l’observation (méditation vipassana), sur le mouvement ou encore la méditation pleine conscience aussi appelée mindfullness, les différents courants bouddhistes vous guiderons dans cette recherche intérieure en quête de l’Éveil.

La méditation et le Zen

La branche japonaise du bouddhisme, le Zen mettra lui aussi l’accent sur la pratique de la méditation pour atteindre l’Éveil. En position de méditation assise principalement, le zen utilise des techniques de méditation venant directement de Siddhartha Gautama, le premier Bouddha. Le mot Zen est d’ailleurs la traduction de « méditation silencieuse ».

Le Taoism et confucius méditaient aussi? (400 – 300 avant JC)

Le Taoisme et Confusiousism sont à la fois définis comme religions mais aussi et surtout comme traditions philosophiques basées sur le Tao (Le Chemin menant vers la vérité). Les pratiquants du Taoism utilisent eux aussi la méditation comme un outil pour atteindre l’harmonie et l’unité en eux même. Par l’observation et la méditation, alliée avec l’enseignement du Tao, le pratiquant trouve alors une voie menant à une paix et une unité profonde.

Méditation chez les Chrétiens

A l’image de nombreuses autres religions et philosophies, la religion chrétienne possède elle aussi sa propre utilisation de la méditation. Souvent sous forme de prière ou de contemplation, la méditation est pleinement présente ici aussi. Par exemple, dans « The Way of Perfection » Sainte Therèse d’Avila explique aux nones comment s’approcher du Christ en utilisant des méditations et des prières mentales. Elle insiste sur le fait que Dieu est en nous et qu’il faut se concentrer dessus pour le trouver.
St Thomas D’Aquin(1225-1274) nous dit que la méditation est nécessaire pour développer sa dévotion.
St John de la Croix (1542-1591) voyait lui la méditation chrétienne comme une étape nécessaire pour réaliser l’Union avec Dieu. Il écrit aussi que même la personne la plus avancée spirituellement a, elle aussi, besoin de revenir régulièrement à la méditation.
Enfin, Padre Pio (1887-1968) écrit : « La personne qui médite et tourne son esprit vers Dieu, qui est le miroir de notre âme, est amené à voir ses erreurs, les corriger, modérer ses pulsions et mettre de l’ordre dans sa conscience. »
Il nous dit aussi : « Par l’étude des livres une personne cherche Dieu : par la méditation la personne trouve Dieu. »

Les mystics musulmans et la méditation : Les Sufis (600 après JC)

La tradition Sufis remonte à il y a 1400 ans. Sous l’influence des mystiques Indiens, ils développèrent des méditations basées sur la concentration sur des objets, sur la respiration ainsi que l’utilisation de mantras (répétition de mots et de phrase).

Les Sufis sont très connus aussi pour un type de méditation bien spécifique qui consiste à tourner sur soi-même les yeux fermés, mains ouvertes ou sur le cœur, sur les rythmes d’une musique. Cette méditation peut être aperçue de nos jours en Inde mais aussi en Turquie ou des communautés Sufi sont encore présentes. Les Sufis utilisent leurs méditations pour se connecter avec Dieu (Allah). Les sufis sont aussi très connus pour leurs magnifiques poésies comme par exemple le poète et mystique Rumi que nous vous conseillons grandement.

Dans la tradition juive

La tradition ésotérique Juive appelée la Kabbale, et spécialement sous l’influence de Abraham Abulafia (1240-1291) a elle aussi utilisé diverses formes de méditations dans ses pratiques. Elles sont essentiellement basées sur la contemplation de certains principes philosophique, la contemplation de Dieu, de Symboles et de prières.

Et si la méditation nous ouvrait vers quelque chose de bien plus profond ?

En prenant de la distance à la vue de tous ces faits historiques nous sommes amenés à prendre conscience que, depuis des temps anciens, la méditation est bien plus qu’un simple exercice anti-stress. Il y a quelque chose de bien plus profond derrière cette pratique introspective, de bien plus subtil, la méditation apparaît comme une clef vers une ouverture plus grande, une clef vers une liberté retrouvée, vers la Liberté.
Certains l’appel le Soi, le Dieu, d’autre Eveil, Libération, Samaddhi, Lumière, conscience Christique, conscience de Krishna, Réalisation, Présence, etc. Tous ces termes différents nomme cette même chose recherchée par tous et en tout temps. Serait-ce ce graal tant recherché ?

Rejoignez-nous sur facebook
Méditaum
Parlons méditation
retraite
Trouver une retraite de méditation
conférences développement personnel
Trouver un centre de méditation

Commentaires

mood_bad
  • Pas de commentaire ». ».
  • Ajouter UN commentaire